Slumdog millionaire; une expérience cinématographique unique

Une question traverse l’esprit de l’inspecteur, une question ayant une réponse incompréhensible aux yeux de tous. Comment est-ce qu’un serviteur indien de Mumbai, si peu cultivé, ait réussit a se rendre si loin dans le jeu télévisé qui veut gagner des millions?

Ce film britannique tourné au centre des bidonvilles de Mumbai, met en valeur la culture de l’Inde tout en faisant réaliser au téléspectateur toute difficulté que ceux-ci peuvent éprouver d’un point de vue économique, médical et également d’insalubrité.

Au premier coup d’œil, Slumdog millionaire nous semble être un film banal démontrant les injustices d’une culture différente. Cependant, ce film contient aussi de l’action et de la romance, captivant ainsi son auditoire à vouloir poursuivre le visionnement. Nous ne nous sommes pas ennuyé de regarder Jamal Malik évoluer au travers du film, essayant de retrouver Latika et de gagner le jeu télévisé. Le protagoniste Jamal Malik est un personnage très attachant rempli de qualité tels que la bonté et la générosité. Les personnages secondaires comme Latika et Salim sont eux aussi attachants par moments car bien que Salim démontre plus un mauvais côté de lui, nous pouvons apercevoir qu’il a aussi un bon côté. Les lieux ainsi que les musiques employées lors du tournage sont aussi des éléments rendant Slumdog millionaire un film intéressant sur le point de vue culturel et visuel.

Slumdog millionaire est une adaptation cinématographique du roman Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire. Ayant déjà eu un grand succès auprès des lecteurs, ce film a tout de même su attirer l’attention de plusieurs. Réalisé par Danny Boyle et mettant principalement en scène Dev Patel, Freida Pinto et Madhul Mittal dans les rôles de Jamal Malik, Latika et Salim Malik.

Il s’agit d’un chef d’œuvre cinématographique, car il a su mettre en scène une toute autre histoire que celle de Ram Mohammed Thomas (le protagoniste du roman), tout en gardant l’essence même du film. Quelques évènements sont communs aux deux interprétations artistiques. Cependant, le film a préféré incarner les personnages dans un contexte romancé, comparativement au roman, qui était beaucoup plus centré sur la misère et la culture indienne.

Les scènes enregistrées en plein cœur de l’Inde ajoute l’authenticité au film. Les mouvements de caméra et les point de vue de certains passages rendent l’histoire encore plus fascinante par son apport de vivacité. Tout cela, superposé sur un fond musical aux parfums de l’Inde, qui ajoute encore plus d’intensité aux émotions véhiculées par les personnages.

Ce qui rend le film encore plus attrayant comparativement au roman, c’est la construction du récit. Dans le roman, l’organisation de l’histoire se base sur l’ordre des questions. Donc, certains passages peuvent raconter le récit d’un Ram de 5 ans, suivit d’un Ram de 18 ans, le chapitre suivant. Parfois, cette structure peut porter à confusion le lecteur. Or, dans le film, les scènes sont en ordre chronologiques. Les questions appuient ces scènes pour aider à notre compréhension. C’est un avantage que le film a sur le roman.

En conclusion, il est primordial pour chaque individu mordu de culture, de romance ou de films originaux de visionner ce chef d’œuvre cinématographique. Il nous ouvre les yeux sur certaines horreurs sans humanité et sur certaines tristes réalités de la pauvreté dans un contexte romancé, très sentimental et parfois même, humoristique où toute personne vit une expérience culturelle et émotionnelle enrichissante.

Pour en connaitre d’avantage sur le film, consultez le lien ici: https://docs.google.com/document/d/1CgEHYpkI6LQKRQei6hIVsu8Zu-6hK29THp4Xu4pTVAc/edit

http://lci.tf1.fr/cinema/news/slumdog-millionaire-interview-de-dev-patel-4993220.html

Mon retour

retouri

En ce moment, je suis chez moi, dans mon lit chaud à repenser à mon merveilleux voyage, Quand j’y repense, je n’ai peut-être pas rencontré plusieurs personnes mais je suis quand même contente d’avoir fait la connaissance d’un jeune garçon aux yeux remplis de pureté qui a un cœur gros comme le monde. Si je pouvais, je resterais à Delhi encore plus longtemps pour continuer de côtoyer Ram mais je sais qu’un jour, je devrai rentrer. Même à 17 ans, j’ai appris qu’un garçon de 14 ans peut m’apprendre beaucoup plus que d’autres personnes plus âgées. Ram m’a appris la bonté, le bonheur et la douceur que quelqu’un peut avoir en lui-même après avoir vécu les pires scénarios possible pour une enfance. Évidemment, j’ai pu revoir Ram Mohammad Thomas avant mon départ. Il m’a dit qu’il allait quitter les Taylor et m’a remis une revue d’Australian Geographic qu’il aimait beaucoup et un porte-clefs en souvenir de lui. En retour, j’avais prévu de lui remettre un petit souvenir de moi. Je lui ai donc remis des photos des environs d’où j’habite car il avait l’air fasciné de la première fois que je lui ai décrit l’hiver dans mon pays et la végétation changeante à chaque saison. Je lui ai aussi donné un papier contenant une partie de l’argent que je n’avais pas dépensé et mes coordonnées pour que nous puissions rester en contact.

http://www.ejda.fr/LeSecondaire/LeLycee/Canada/Canada2008/VoyageCanada2008.htm

Violence conjugale

violencec

Ce que je n’ai pas dit dans l’article précédent, c’est que les discussions chez les Taylor devenaient mouvementées. Il a même mentionné des bruits d’objets se cassant au contact du sol. Il dit que le colonel ferait preuve de violence envers sa femme car celle-ci aurait une liaison avec un autre homme. Je n’ai pas tout compris ce qu’il m’a dit mais je ne suis pas en faveur de la violence conjugale sous aucun prétexte. Nous pouvons arranger bien des problèmes avec la parole. Même s’il s’agit d’un cas d’infidélité, si j’étais à la place du colonel, je n’oserais pas lever la main sur ma femme ni sur aucune autre personne. Évidemment le colonel pourrait avoir agi sur un coup de tête tellement il était fâché et c’est compréhensible qu’il soit dans un tel état mais de là à frapper les autres… je ne sais pas. Aussi, il peut avoir des valeurs différentes des miennes qui l’ont poussé à commettre un tel geste. Bref, si j’étais témointe de violence conjugale, j’aiderais la victime car personne ne mérite de se faire battre.

http://www.avocat-steyer.fr/violence-conjugale-presse/

La maison des Taylor

secret

Dans 5 jours, je serai à Delhi depuis 2 semaines complètes. J’ai revu Ram hier et je lui ai demandé qu’l me décrive comment est la maison de ces Australiens où il travaille. Ram dit qu’ils habitent dans une grande maison d’un quartier chic à Delhi. Leur maison est composée de plusieurs appartements dont certains où seul lui peut y entrer et aucun autre domestique. Il y a aussi une pièce appelée «Cabinet» interdit à tous qui appartient au colonel seulement. Elle est protégée par une grande porte en bois et d’une grille en métal fermée à l’aide de 3 verrous en cadenas. À côté de la grille, il y a un système nécessitant un code ouvrant les cadenas. Si le code est faux, Ram dit qu’une décharge de 440 volts nous tue sur le champ. Ram m’a aussi dit qu’il partageait une chambre avec le cuisinier de la maison, Ramu. Il dort sur l’étage du haut de deux lits superposés. En dessous, c’est le lit de Ramu. Aussi, Ram m’a dit qu’il pouvait regarder la télévision, qu’il a appris à faire des cocktails qu’il avait pu goûter à plein de plats différents comme du kangourou et du crocodile.

http://reseauinternational.net/une-note-ultra-secrete-des-services-secrets-francais-signee-sacha-mandel/

Les Taylor

enveloppe

Cela faisait 4 jours que je n’avais pas revu Ram. Je suis retournée là où nous nous étions rencontrés, au Kids Mart. Je m’y suis acheté un sweat-shirt et un petit souvenir que je poserai sur ma commode à mon retour. C’est à ce moment que j’ai aperçu Ram en train de faire un tour de manège. Lorsque je l’ai rejoint, il m’a dit que madame Taylor et ses enfants étaient partis de leur côté faire des emplettes. Nous avons donc profité de ce temps pour discuter des Taylor. Il m’a dit qu’ils étaient très gentils envers lui. Il m’a raconté qu’il jouait avec les autres enfants et que lorsque la famille partait en voyage, ils lui rapportaient toujours un petit souvenir. Cependant, il s’est confié sur un secret qu’il avait découvert sur le colonel Taylor. Il m’a dit que le colonel mentait à sa femme pour aller rencontrer un autre homme pour recevoir une enveloppe brune. Il m’a aussi dit qu’il surnommait le colonel «l’Homme Qui Sait» car il savait tout ce qui se passait dans leur demeure. Quand nous nous sommes dit au revoir, j’ai pu l’apercevoir retourner auprès d’une dame mince aux cheveux blonds. Il y avait aussi un garçon un peur du même âge que Ram et une fille plus âgée à la chevelure dorée ayant les yeux bleu elle aussi. Ils avaient l’air accueillant jusqu’à ce que je les entende traiter quelqu’un de fichu indien. À ce moment, je les ai trouvés un peu méchants et méprisants.

http://yoopa.ca/famille/parents/qui-voudriez-vous-remettre-une-enveloppe-brune

Ram Mohammad Thomas

ram

Aujourd’hui, j’ai fait la rencontre d’un indien et nous sommes devenus amis en moins de cinq minutes. Il s’appelle Ram et il a 14 ans. Bien qu’il soit Indien, nous avons pu communiquer ensemble par une langue internationale, l’anglais. Il m’a dit qu’il était domestique chez une famille australienne. Les Taylor si je ne me trompe pas. Il m’a dit qu’il avait vécu beaucoup d’aventures avant d’être engagé chez eux. Il m’a parlé de son nom reliant 3 religions ensemble et de son enfance mouvementé sans entrer dans les détails. Il était un peu refermé sur lui-même mais dès que je lui ai parlé d’où je venais, il ne cessait de me poser des questions sur le paysage de mon pays. C’est à ce moment que j’ai appris qu’il avait une collection d’Australian Geographic. Ram est un jeune indien poli, gentil et attentionné. Il est aussi pensé qu’attachant. On dit que les yeux sont les fenêtres du cœur. C’est vrai pour Ram. J’ai remarqué ses yeux en premier et je n’y voyais que du bon. Malheureusement nous avons dû nous séparer mais nous nous sommes promis de nous revoir tant que je serai à Delhi.

http://www.bamboin.com/fr/2013/05/03/le-constant-retour-de-lislamophobie/

Mon arrivée à Delhi

delhi

Cela fait déjà 2 jours que j’ai mis pied à Delhi. J’ai pris une petite pause d’écriture afin de m’ habituer au décalage horaire et récupérer mon sommeil. J’ai rencontré la famille de mon amie et dès le début, nous nous sommes très bien entendues. J’ai aussi pu goûter de nouveaux plats très savoureux. Ils étaient un peu épissés et je ne sais plus comment ils se nommaient mais je les ai beaucoup aimé. En plus, ils étaient très colorés. Aussi, j’ai eu un peu de temps pour explorer les environs d’où la famille de Nina réside. J’adore le paysage différent de celui où j’habite. J’ai pu visiter la rivière Yamuna et la Porte de l’Inde. Cette rivière est l’une rivière sacrée de l’Inde qui est un affluent du Gange. Nina m’a ensuite dit que la Porte de l’Inde était en fait un monument dédié aux soldats décédés lors de la Première Guerre mondiale. J’ai trouvé que la rivière Yamuna et la Porte de l’Inde étaient toutes les deux fascinantes et qu’elles resteront gravées dans ma mémoire.

http://www.google.ca/imgres?imgurl=http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0a/Delhi_districts.svg&imgrefurl=http://en.wikipedia.org/?title%3DNew_Delhi&h=3010&w=3184&tbnid=l6ZexF803gRJUM:&docid=jOXWeibXAkN_CM&ei=RVIuVtfhGsGyeqTBoNAP&tbm=isch&ved=0CCUQMygKMApqFQoTCJeY8PbE4MgCFUGZHgodpCAI-g

Comment parler l’australien

livre

Dans le chapitre 50 000, Ram Mohammad Thomas est le domestique d’une famille australienne, les Taylor. Composée d’un père attaché militaire, d’une mère infidèle, d’un garçon de 15 nommé Roy et d’une fille de 17 ans appelée Maggie. Ram Mohammad travaillera en compagnie d’autres serviteurs dont Shanti la bonne, Ramu le cuisinier et Jai, un cuisinier qui remplacera Ramu. Ram sera un serviteur exemplaire qui réussira à gagner la confiance des Taylor et surtout celle du colonel qu’il surnomme «l’Homme Qui Sait». Le colonel détient ce nom car il est comme un dieu sur terre qui sait et qui voit tout même s’il n’est pas présent sur les lieux. Plus tard, Ram découvrira pourquoi «l’Homme Qui Sait» sait tout. Aussi, ce dieu aux yeux de Ram, cache un terrible secret renfermé dans une pièce interdite. Ce diplomate étant un espion à qui l’on partagera des renseignements secrets, sera ensuite déclaré persona non grata, l’obligeant alors à quitter le pays.

https://lesdecouvertesdedawn.wordpress.com/2012/08/13/les-fabuleuses-aventures-dun-indien-malchanceux-qui-devint-milliardaire-de-vikas-swarup/

Pus que 3 jours.

franc

Bonjour! Je m’appelle Audréanne, j’ai 17 ans et j’ai un blog pour pouvoir garder des souvenir du voyage que je m’apprête à faire. Le plus important à savoir sur moi serait que je suis une grande voyageuse. Je visite surtout des destinations où la température est élevée et cet été, contrairement aux autres destinations où je suis allée, je vais dans un endroit complètement nouveau pour moi, l’Inde. Je voulais aller en Inde car je veux découvrir ce pays, non seulement à partir de livres mais je veux vivre une expérience personnelle de cet endroit. J’espère rencontrer plusieurs personnes avec qui je créerai des liens d’amitié et qui m’apprendront de nouvelles choses que j’ignorais jusqu’à ce jour. Bien évidemment, je ne voyagerai pas seule. Je serai accompagnée de mon amie Nina, qui a de la parenté là- bas, à Delhi. Elle m’a donc invité à rester chez sa famille pour m’épargner des grandes dépenses. Je pars donc dans trois jours pour une nouvelle aventure enrichissante que j’ajouterai à mon passeport.

http://www.eldiariodetenerife.com/las-lecturas-del-diario/casi-todo-es-verdad/el-vuelo-0110/

Charte d’utilisation des réseaux sociaux

Charte d’utilisation des réseaux sociaux du Groupe 502

PRÉAMBULE :

Les réseaux sociaux font partie intégrale de nos vies. En plus d’être une source continuelle d’informations et de partages d’opinions, ils peuvent  être utilisés dans le but de créer et de participer à des projets collaboratifs. Toutefois, afin de promouvoir une harmonie saine au sein du groupe et dans les interactions que nos publications susciteront, nous, élèves du groupe 502 du Collège Jésus-Marie de Sillery,  pensons qu’il faut poser des limites et établir certaines règles qui seront applicables à tous les membres de notre groupe. Comme nous désirons réaliser des projets avec les réseaux sociaux à l’école, par cette charte d’utilisation des réseaux sociaux, nous nous engageons à :

CONFIDENTIALITÉ

  1. Garder notre mot de passe confidentiel.
  2. Publier sous notre vraie identité.
  3. Ne jamais usurper l’identité d’une autre personne.
  4. Toujours se déconnecter des ordinateurs publics et déconnecter la session d’une personne qui aurait oublié de le faire sans fouiller sur son compte.
  5. Respecter la vie privée d’autrui en ne divulguant aucune information personnelle.
  6. Ne pas citer ou publier des conversations privées entre les membres du groupe.

ÉTHIQUE ET DROITS D’AUTEUR

  1. Garder à l’esprit que sa liberté s’arrête là où celle de l’autre commence.
  2. Garder le contrôle de soi-même.
  3. Rester conscientes de la permanence des écrits sur les réseaux sociaux.
  4. S’assurer de l’éthique de sa photo de profil.
  5. Ne jamais publier de propos, de vidéos ou de photos qui pourraient nuire à la réputation de quelqu’un.
  6. Ne pas publier de propos désobligeants, haineux, racistes, sexistes ou homophobes.
  7. Interdire toute forme d’intimidation, d’attaque personnelle et de non respect envers les autres.
  8. S’engager à écrire ses propres articles sans plagier les écrits d’autrui, c’est-à-dire respecter le droit d’auteur et citer les sources et références utilisées.
  9. Respecter les pensées et opinions des autres même si elles diffèrent des nôtres.
  10. Prohiber tout contenu explicite, pornographique ou vulgaire.
  11. N’écrire que des opinions, des informations ou sur des sujets que nous sommes prêtes à partager avec des millions de personnes.
  12. Ne pas confondre le privé avec le public – comprendre que la vie privée ne doit pas être divulguée sur les réseaux sociaux ni mettre en péril la sécurité d’autrui.

COMMUNICATION

  1. Utiliser le français comme langue officielle du projet.
  2. Utiliser une langue de qualité et soignée.

AUTRES ASPECTS

  1. Toujours s’assurer de la validité des informations divulguées.
  2. Être conscientes des risques éventuels avant de se créer un compte.
  3. Modérer nos propos.
  4. S’engager à écrire des publications qui défendent ses valeurs.
  5. Utiliser les réseaux sociaux dans le cadre du projet et ce, à des fins pédagogiques.

Nom de l’élève: ____________________________

Signature de l’élève: ________________________

Date, lieu: ________________________________

Signature de Mme Couzon: _______________________